Centre d'Affaires de Gabès

Actualités

INVESTIR À GABES

Généralités
Situé au Sud-Est de la Tunisie, le gouvernorat de Gabès s'étend sur une superficie de 7 166 Km2. 
Il est limité à l'Est par la Méditerranée (une côte de 80 km), à l'Ouest par le gouvernorat de Kébili, au Nord-Est par le gouvernorat de Sfax, au Nord-Ouest par le gouvernorat de Gafsa et au Sud par le gouvernorat de Médenine.
La région constitue le pôle des industries chimiques de transformation du phosphate du pays avec la production d'acide phosphorique et de triple superphosphate.

Le gouvernorat de Gabès compte 359 000 habitants (INS 2009). Il se caractérise par un taux élevé d'urbanisation (68,5 %) et une densité démographique (48,8 habitants/km2).

Administrativement reparti en 10 délégations, 10 municipalités, 9 conseils ruraux et 73 secteurs administratifs (imadats), le Gouvernorat de Gabès est composé de quatre  régions naturelles :

* Le Littoral                                  
* La Zone Médiane
* La Zone Montagneuse                
* La Zone des Parcours

Le gouvernorat compte, 342630 habitants en 2004 contre 311713 en 1994, le taux d’accroissement annuel moyen est passé de 2,6 % durant la période 1984/1994 à 0,95 % pour celle de 1994/2004 (contre 1,21 % au niveau national pour la même période).

Ceci s’est traduit par une régression du nombre d’habitants de moins de 14 ans contre une progression continue du nombre d’habitants de la tranche d’ages (18 - 59 ans) d’ou une évolution remarquable de la population en age d’activité qui a atteint 102949, dont 87082 effectivement occupés en 2004 (RGPH 2004).La population de 2007 compte 351.100 Hbts.
Environnement du secteur privé
Infrastructures

Le Gouvernorat de Gabès est doté d’une infrastructure de base moderne et adéquate favorisant le développement des investissements du secteur privé. Il compte en effet :

•    Un réseau de routes et des pistes d’une longueur d’environ  2086 km dont 1109 km bitumées et composé essentiellement des grands axes notamment la route GP1  reliant le pays avec la Libye et les pays du moyen orient et qui constitue un prolongement pour la route maghrébine. 
•    Un réseau ferroviaire d’une longueur de 135 km (reliant Gabès à Gafsa et Sfax puis vers Sousse et Tunis) destiné au transport des voyageurs et des marchandises.
•    Un Aéroport international (ouvert dés Janvier 2008 aux vols internes). 
•    Un port commercial qui a enregistré 720 touchés et 4,26 millions de tonnes de marchandises en 2007. Ce port est doté de 12 postes d’accostage. Le Gouvernorat dispose en outre de deux ports de pêche, le premier se situe à la ville de Gabès et l’autre à Zarat (40 km de Gabès).
•    Un pole universitaire assez important  composé actuellement de 12 institutions universitaires en perpétuel développement et croissance d’une année à l’autre tant en ce qui concerne les spécialités ainsi que les établissements qui ne cessent d’être crées suite à la décision présidentielle de création de l’Université de Gabès  le 11 Juillet 2003, couvrant toute la région du Sud-Est du pays.
•    Une foire internationale de 5,5 ha dont 5000 m² couvertes et une capacité d’accueil de 200 exposants.
•    Trois zones industrielles d’une superficie totale de 864 ha dont 235,8 ha sont seulement exploités à ce jour.

Energie

•    Le Gouvernorat comprend le plus grand pôle de production et de distribution d’électricité et du gaz dans le sud dont l’usine de gaz propane liquéfié (GPL) est reliée par prés de 800 km de gazoducs aux centres d’extraction d’El-borma, Miskar et Om-Echchiah. Le Gouvernorat abrite également le groupement régional de production du sud qui comprend sept grandes centrales dont 3 à Bouchemma et Ghannouch produisant 180 Mégawatts.

•    Le réseau électrique couvre pratiquement la totalité du Gouvernorat assurant un approvisionnement régulier en haute et moyenne tension à usage industriel. Le taux de branchement des ménages atteint 99 % en 2007.

•    A coté de ceci, le gaz d’El-borma, à l’extrême sud du pays, est acheminé par un réseau de gazoduc vers Gabès pour l’alimentation des centrales électriques et des unités de production du Groupe Chimique.

Eau potable

•    L’eau potable est accessible dans presque toutes les agglomérations urbaines et rurales. Le taux de desserte en eau potable est de 99,1%, celui de branchement des ménages est de     90  % en 2006 contre respectivement 99,3 % et 88,3 % pour le Sud et 97,1% et 84,5% au niveau national.
•    D’après les statistiques de la SONEDE de 2007, la quantité d’eau potable consommée par la région est estimée à 22,043 Millions de m3 réparties entre les différents secteurs comme suit : 
i)    consommation domestique : 10,511 Mm3
ii)    consommation- industrie    : 8,47 Mm3
iii)    consommation- agriculture : 3,026 Mm3
iv)    consommation tourisme     : 0,35 Mm3.
•    Il est à noter que la ville de Gabès et environs consomment près de 14 Mm3,  suivi  par El-Hamma avec environ 4,3 Mm3 et Mareth avec 1,5 Mm3. 
•    Le taux de desserte en eau potable en milieu rural est de l’ordre de 100 %.

Télécommunications

•    Les produits et services dans le domaine de la télécommunication au niveau du Gouvernorat sont diversifiés et facilement accessibles : (le téléphone cellulaire, vidéo texte, Internet, transmission des données X25,…) .La densité téléphonique est de l’ordre de 79,4 pour 100 habitants en 2007.(mobile+fixe).  

Education et formation professionnelle

Le Gouvernorat de Gabès compte en 2007 :
•    Important réseau d’établissements d’enseignement couvrant la totalité du territoire composé de 167 écoles primaires , 57 collèges et  lycées publics d’enseignement secondaire et 14  lycées  privés.

•    Tissu universitaire assez diversifié et vient d’être consolidé par la création de «  l’Université de  Gabès » en 2003,  couvrant le  Sud-Est  composé de 12 institutions outre les Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques de  Gabès, Kebili , Djerba et Tataouine, dispensant des formations à plus de 23000 étudiants dans des nombreuses spécialités ( dont : langues, sciences économiques, comptabilité et finance, gestion, sciences physiques, chimiques et naturelles, informatiques et multimédia, beaux arts, ingéniorats, et télécommunications.).

•    Formation professionnelle, secteur doté de 24 centres ( 04 publiques, 20 privés ) d’une capacité de 4890 postes/an couvrant divers métiers (électricité industrielle, bâtiment, mécanique automobile, cuir et chaussure, couture, orfèvrerie, froid, agriculture, santé, informatique… ).

•    Instituts de recherche représentés dans la région servant l’activité recherche - développement : L’Institut des Régions Arides (IRA)  et une station de l’Institut National de Génie Rural et des Forets (INGREF).           

Infrastructure sanitaire

•    Une infrastructure sanitaire publique harmonisée composée d’un hôpital régional, 04 hôpitaux locaux, ( 651 lits ), 82 centres de santé de base, 02 salles de soins et 09 laboratoires couvrant la totalité du territoire du gouvernorat, 05 centres de maternité et d’enfance. Ce dispositif est géré par un personnel technique médical de 116 Médecins et 07 Pharmaciens , 941 techniciens Paramédicaux  .

•    Le secteur privé est lui aussi omniprésent dans la région via  03 polycliniques, 151 cabinets de médecine générale et spécialisée, 61 officines pharmaceutiques , 07 laboratoires d’analyses , 02 centres d’hémodialyse et 08 infirmeries.

Atouts de développement

Une infrastructure moderne et structurée en pleine mutation.

Port commercial et industriel de Gabès à 12 postes d’accostage
Deux ports de pêche - Gabès et Zarat
Trois zones industrielles - Gabès (828 ha)-Metouia (29ha) El- Hamma (07ha)
Foire internationale d’une capacité d’accueil de 200 exposants
Réseau Routier moderne de 1109 Km bitumés
Réseau Ferroviaire de 135 Km reliant Gabès à Gafsa et Sfax
Aéroport international.
Rocade de 18 Km reliant le Nord au Sud de la ville de Gabès. 

Des ressources naturelles

Importante surface agricole exploitable 5993 Km2  (83,6% de la superficie du gouvernorat)
Multitudes ressources en eau profonde, superficielle, chaude et géothermale potentiellement encore exploitable.
Littoral de 80Km favorable au tourisme balnéaire, et des sites côtiers aquacoles
Substances utiles diverses non encore pleinement exploitées (bentonite, argile, sable, pierres rose de Gabès…)
Combinaison géographique diversifiée et attrayante par le côtoiement de l’oasis à la mer, à la montagne et au Sahara sur un rayon de moins de 50 Km.
Ville oasis, reconnue par ses eaux thermales abondantes « El Hamma » fortement  favorable au 
Tourisme thermal.
Patrimoine culturel et historique conjugué à des spécificités artisanales ancestrales : tissage berbère, vannerie.

Activités Economiques Dynamiques et Diversifiées

Activités agricoles et de pêche  très distinguées, basées sur une assise durable et une  mise à niveau  systématique garantissant un avenir propice au développement 
des différentes cultures : Productions moyennes annuelles actuelles [ maraîchères (295.000 Tonnes/an) ; arboricoles (45000 Tonnes/an) produits de mer (9300 Tonnes/an).](2007).
Elevage conduit à majorité en extensif composé de 184.000 Ovins- 80.000 Caprins- 7850 Bovins et 1400 Came lins outre 550.600 Volailles…
Cultures géoserricoles, produisant des primeurs destinés totalement à l’exportation (Tomates, melons, piments, concombres…)
Tissu industriel varié de 931 entreprises (sept2008) à majorité- PME- d’importance dominante des industries chimiques, matériaux de construction et agroalimentaires.
Secteur touristique prometteur à destination de plus en plus appréciée et sollicitée grâce aux sites mondialement reconnus : Oasis maritimes, Chenini , troglodytes de Matmata, 
Hammams naturels d’El Hamma.

Des ressources humaines jeunes abondantes prêtes et qualifiées

Population active (18-59 ans) voisinant les 110.000 personnes dont presque 70% entre 18 et 44 ans.
Jeune Population éduquée, formée mise à niveau et compétitive pour servir l’implantation des nouvelles entreprises.
Demande additionnelle d’emploi en moyenne de 3314/an dont la majorité éduquée et formée principalement de niveau d’études supérieures.
Structure d’éducation et de formation complète et harmonisée composée  principalement de :

167   écoles primaires d’enseignement de base : 37.933  élèves
57     Etablissements d’enseignement secondaire :             43.496  élèves
12     Institutions universitaires (Université de Gabès) : 23000  étudiants
08    Centres publics de formation et écoles de métiers :          Capacité   3.000
20    Centres privés de formations professionnelle :            Capacité   2.700

Champs d’activités potentiellement prometteurs dans la région, d’avenir et à rentabilité certaines

Les cultures géoserricoles :

Production des primeurs destinés totalement à l’exportation.
Disponibilité des ressources en sol et en eaux géothermales chaudes en quantités suffisantes et non encore exploitées.

L’agriculture Biologique :

Pouvant concerner principalement différents produits : Grenades ; Dattes ; Olives ; Maraîchages de plein champs et sous abris ; Elevage en extensifs ovins, caprin, camélidé et Apiculture. 
Les zones montagneuses, les Oasis et les PPI intérieurs ou l’Agriculteur suit des traditions des cultures et conduites agricoles à assises durables serviront de base intéressante pour cette activité.       

Elevage bovin intensif :

Gabès constitue actuellement un bassin laitier durable pouvant développer d’autres activités secondaires de transformation, la disponibilité des fourrages en vert dans les 
Oasis est un facteur rassurant pour ce secteur.
Introduction des nouvelles espèces : (oie, Autruche, Dinde, Caille, Lapin.)  
                                     
Aquaculture :

Sites et climat favorables à valoriser, principalement sur le littoral du Golf de Gabès soit à El-Hicha-Laaouinet ou à Zarat-Chott-Laaouamer ; deux sites susceptibles d’être aménagés pour produire des poissons nobles très demandés pour le marché local et étranger. 

Cultures des plantes aromatiques et médicinales :

Un champ d’activité encore vierge caractéristique de la région, en effet les hautes zones montagneuses constituent un gisement des plantes aromatiques et médicinales non encore valorisées, l’assise technique et les thèmes de recherche à ce propos sont validés, la qualité des essences extraites des plantes est très demandée.

La floriculture :

Conditions climatiques favorables, faible coût de chauffage en hiver (eaux chaudes). Cette activité n’a pas encore été testée mais peut être développée.

Substances Utiles :

Valorisation des substances utiles disponibles dans la région : (sable, argile, bentonite, pierre rose de Gabès…)

Transformation des produits agricoles et de pêche :

Valorisation des produits agricoles et de pêche par la conservation, la transformation, le conditionnement et l’entreposage frigorifique.

Autres services et industries  de transformation :

Activités industrielles connexes au pôle chimique de Gabès ainsi que tout service annexe au secteur industriel en général.
Valorisation et exploitation de la jeune main d’œuvre éduquée et qualifiée facilement adaptable et perfectible dans les industries du textile, mécanique, électrique et électronique ainsi que dans les services de l’informatique et du multimédia- dans le cadre des projets d’investissements et de partenariat destinés globalement à l’export (compétitivité certaine).

Animation touristique :

Intégration de l’activité de tourisme et de loisir dans le tissu socio-économique local : restauration, valorisation des produits de l’artisanat, musées interactives.

Thermalisme :

Ressources potentielles très importantes non encore judicieusement exploitées.
Qualité des eaux et  composition chimique y afférente constituent un facteur encourageant pour l’exploitation en thermalisme.
Les sites de Hlouga et El-Khebaiet à El-Hamma et Zarat à Mareth ont été identifiés potentiellement porteurs pour la création des stations thermales pour soins thérapeutiques, loisirs, remise en forme et stages des équipes sportives.

Tourisme balnéaire :

Réintégration et valorisation de la région côtière dans le circuit touristique avec d’autres destinations attractives : (montagnes, oasis, portes du Sahara) par la promotion de la nouvelle zone touristique balnéaire en cours de réalisation.

CRENEAUX PORTEURS D'INVESTISSEMENTS

Serriculture  Géothermale

Nouvelle ressource d’énergie, l’énergie géothermique qui s’est développée suite à la crise énergétique des années 70 ,dans des pays disposant des ressources,  géothermales comme l’Italie, la Turquie , l’Islande, qui ont exploité a bon escient leurs ressources en développant des cultures  sous serres géothermales ; la Tunisie en a fait de même et principalement dans la région  de Gabès qui dispose de la majorité du potentiel Tunisien en eaux chaudes et géothermales d’ou la stratégie menée pour la valorisation de ce potentiel avec pour but  d’atteindre les 100 Hectares des cultures des primeurs sous abris et chauffées par cette énergie naturelle et pour objectif  :

1) Participer à l’effort d’exportation des produits agricoles (cultures précoces : tomate, melon etc.…)
2) Valoriser l’utilisation des ressources naturelles disponibles : eaux ; sols ; énergies.
3) Contribuer à la création des emplois.
4) Dynamiser l’activité économique de la région d’El-Hamma (zone peuplée, abondance de la main d’œuvre agricole).

Actuellement  une dizaine de projets sont  en activité dans la région de Gabès, cultivant principalement des tomates outre des quantités peu importantes de melon, concombre, piment et pastèque.  Pour une surface couverte totale de 84 hectares (2008-2009), la superficie couverte moyenne des projets en exploitation varie de 0,5 Ha à 21 Ha. 

La production moyenne annuelle est actuellement de l’ordre de 8000 Tonnes dont environ 45% exportée principalement vers l’Europe et Dubaï

Ce créneau peut contribuer pleinement à lui seul au développement de la Délégation d’El-Hamma en passe de devenir un grand pole de cultures géothermales.

Les résultats encourageants, au cours des années quatre-vingt, de la serriculture utilisant la géothermie (eau de 40° à 70° C), surtout en matière de précocité et de production, laisse entrevoir des perspectives économiques intéressantes (augmentation de 25% des primeurs de qualité, augmentation de la production de 2 t par serre, précocité des produits d'un mois par rapport aux serres traditionnelles). Le réchauffement se fait toutes les nuits à partir de décembre jusqu’à la fin de mars et les eaux refroidies et stockées sont réutilisées pour l’irrigation journalière. La serriculture géothermale, quasiment réservée aux primeurs (tomates, piments et melon) est destinée à l’exportation ou à la consommation extra-régionale. La production maraîchère de contre-saison constitue un des créneaux les plus porteurs pour le développement de la Région, notamment pour le Sud oasien (exportations, création d’emplois, intégration avec d’autres secteurs notamment le tourisme saharien). 

D’autres projets sont à l’étude, la disponibilité des eaux mobilisées et des sols qui sont prêts à répondre rapidement aux attentes des futurs investisseurs durables et de taille reste la garantie principale de la réussite de toute action d’investissement,( les instances régionales concernées garantissent cela et assurent de l’assistance et de l’encadrement aux futurs promoteurs.).Les relations durables de partenariat entre Tunisiens et partenaires des Pays consommateurs restent une des conditions de réussite de la stratégie régionale tracée pour le développement de cette activité.   

Le thermalisme : une opportunité précieuse à saisir

La Tunisie représente la première destination mondiale pour le nouveau concept scientifique de thalasso bioclimatique. La réserve bioclimatique la plus importante de la nature est constituée par le soleil, l’eau de mer et les algues marines, dont le Sud ne manque pas. Neuf centres de thalassothérapie étaient répertoriés en 2001 et les curistes sont chaque année plus nombreux.

Le Sud dispose en outre d’un important potentiel thermal composé de 16 sources chaudes, dont les eaux sont à des températures comprises entre 22° et 75° et ont la composition chimique nécessaire à des cures thermales répondant à différentes thérapies. L’exploitation de ressources thermales s’est limitée jusqu’à présent aux bains publics (hammams) qui offrent quelques prestations thérapeutiques à une clientèle variée à majorité tunisienne.

Une demande internationale croissante, le potentiel hydrothermal dont dispose le Sud, et les mesures prises pour organiser le secteur ont  incité les opérateurs privés à développer le tourisme thermal. 

Renommée depuis très longtemps et principalement à l’aube du XX ème siècle par ses sources thermales artésiennes et chaudes, la ville d’ELHAMMA de Gabès fut depuis une destination privilégiée des curistes qui affluent par caravanes de toutes les régions du Sud Tunisien ; de la Libye ;  et de l’Algérie  pour des cures thermales plus ou moins prolongées dans le temps selon les saisons jugées très opportunes par les curistes pour se restaurer leur dynamisme physique et sanitaire.

Les sources étaient artésiennes jusqu’à une date récente à partir de laquelle elles ont tari suite à l’exploitation intensive des ressources en eaux par des nombreux forages réalisés pour l’irrigation des oasis de la région ainsi que pour l’eau potable, c’est ainsi que les nouveaux Hammams  sont tous alimentés par voie de pompage.

Quoique remontant à l’époque romaine la pratique thermale est très ancienne : certains historiens pensent que les sources étaient utilisées en Egypte à trois ou quatre millénaires avant J.C. Actuellement, le thermalisme se pratique partout dans le monde à titre indicatif on peut citer : la Suisse ,l’Autriche, l’Italie, les états des Balkans et du Caucase, l’Allemagne, le Japon, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, le thermalisme s’est ainsi imposé à l’humanité par son effet bénéfique sur l’être humain par sa contribution à l’amélioration de sa santé et de son bien-être

La région d’ELHAMMA disposant des ressources en eaux chaudes qui se sont avérées intéressantes au vu des caractéristiques physico-chimiques et des indications thérapeutiques, s’est communément  reconnue comme la ville thermale du Sud-est de la Tunisie et accueille par la même les visiteurs de partout venant  chercher  aussi bien la remise en forme, la relaxation ,le rajeunissement et ou l’amaigrissement, besoin vite repéré  par des entrepreneurs qui ont crée des bains pour rendre service à cette clientèle qui ne cesse d’augmenter en nombre et prolonger la durée de sa cure. 

Ce service à rendre par ce type de projet en question sert de composante essentielle à l’activité économique de la région d’ELHAMMA puisqu’il génère le déplacement des gens de leur lieu de résidence habituelle vers la ville d’ELHAMMA, séjournent pendant une période de temps et participant à la vie quotidienne sociale et économique de la ville dont les citoyens et toute autre activité en tirent profit.

Conscientes de l’utilité d’une meilleure utilisation des ressources dont dispose la région , les Autorités Régionales oeuvrent pour la viabilisation d’une zone à vocation de tourisme thermal dont la décision fut prise et entérinée ( l’étude du choix du site qui abritera le village thermal moderne est en cours) ce qui servira d’assise fiable pour des futurs investissements privés rentables ,participant ainsi à la dynamisation de l’activité économique de la région d’El-Hamma, d’ou une précieuse opportunité à saisir pour la création d’une ou plusieurs stations thermales modernes, valorisant ce potentiel et tirant du profit tout en rendant services de prestations thermales, d’hébergement, de sport et de loisirs à une clientèle de plus en plus en progression et exigeante.

  Les ressources géothermales sont suffisamment disponibles et mobilisables
  La température des eaux thermales varie de 40°c à 70°c dans la région d’El-Hamma et est de 37°c à Zarat de la délégation de Mareth.   
  La composition chimique est de type sulfatées calciques et chlorurées sodiques 
  Les traitements recommandés : Rhumatologie, Dermatologie, O.R.L , Gynécologie.
  Les principaux sites : Elkhbayet ;Dj- Hlouga; Zarat

Autres niches d’investissement  agricole à exploiter

Produits biologiques

L’agriculture biologique dans la région pourrait offrir d’intéressantes perspectives .Le système de culture extensive imposé par les conditions climatiques et consommant peu d’engrais chimiques et de pesticides, constitue déjà un pas vers la production biologique .Le développement de l’agriculture biologique pourrait concerner les produits suivants :

La production d’olives à huile et d’olives de table. En Tunisie, la production biologique d’olives vient déjà en deuxième position, avec 62 producteurs majoritairement situés dans les zones de Sfax et de Sbeïtla. Certaines oliveraies du Sud pourraient être converties à la culture biologique.
L’arboriculture: grenadier, pommier, figuier, amandier et pistachier.
Les dattes occupent la première place dans le mode de production biologique en Tunisie depuis 1998 avec 129 producteurs répartis entre les deux grandes régions des oasis du Sud, Nefzaoua et le Jérid. Cette production pourrait concerner d’autres producteurs et profiter d’une demande internationale croissante. En 2001 - 2002, la production de dattes biologiques s’est élevée à 1 730 tonnes dont 730 t exportées principalement vers l’Allemagne (585 t), la Belgique et la France. 
Le maraîchage de plein champ et sous abri.
Elevage : ovins, caprins, camélidés, apiculture et la cuniculture.

La diversification de l’élevage

En s’orientant vers des espèces rarement élevées (oie, autruche, dindon, caille, lapin) destinées au marché touristique.

La floriculture

L’importance d’un marché européen potentiel qui représente 60 % des importations mondiales ;
L’émergence d’une demande locale et régionale (hôtels, parcs de loisirs, administrations, ménages) ;
Le quota annuel d’exportation de 1 000 tonnes de fleurs coupées vers l’Union Européenne avec un droit de douane nul (en 2001, les exportations tunisiennes de fleurs coupées étaient de l’ordre de 240 t) ;
Les conditions climatiques favorables à la production de fleurs, surtout en hiver, à de faibles coûts de chauffage.

Plantes Aromatiques et Médicinales

Un créneau à développer la création d’unités de production, séchage et extraction des huiles essentielles en BIO trouvera aisément l’espace et les conditions requises pour une réussite surtout sur les hauteurs de la région de Matmata naturellement riches en plantes aromatiques.

Industries Manufacturières

Une multitude d’idées de projets présentent à priori des opportunités d’investissement rentable nécessitent des porteurs et l’approfondissement des études nécessaires aux détails prêts   dont on cite ci-joint les plus importantes  idées à suivre:

1.    Fabrication de verre plat
2.    Lavage, broyage et criblage de sable.
3.    Fabrication de soude caustique à partir de l’eau de mer.
4.    Production de phosphate bicalcique.
5.    Fabrication de mortier prêt à l’utilisation.
6.    Exploitation d’une carrière de marbre.
7.    Fabrication de carbonate de calcium.
8.    Construction navale en Aluminium.
9.    Confection des prêts à porter.
10.    Modernisation d’exploitation d’une carrière de pierre rose.
11.    Distillation des plantes aromatiques.
12.    Fabrication d’aliments pour bétail.
13.    Centrale laitière.
14.    Triage, conditionnement et exportation des produits agricoles. 

D’autres opportunités de partenariat avec des entreprises  opérationnelles dans la région .Peuvent être  le cas échéant consultées sur le  portail de l’industrie Tunisienne à l’adresse suivante  www.tunisieindustrie.nat.tn  en effet sur 95 entreprises répertoriées inscrites sur la liste des entreprises industrielles du gouvernorat de Gabès ,31 entreprises sont hébergées au salon virtuel  de l’industrie tunisienne , l’objectif étant de se proposer pour d’éventuel partenariat afin de développer leur activité .Les branches d’activité des ses entreprises sont principalement :

•    Produits chimiques à usage industriel.
•    Produits chimiques organiques de base.
•    Ciment-chaux.
•    Ouvrages mécano-soudés, construction  métallique.
•    Briques et hourdis, terre cuite, brique de décoration.
•   Carrosseries et remorques, construction de matériel ferroviaire roulant.
•    Extraction et transformation des pierres et marbre.
•    Imprimerie de labeur, reliure et finition.
•    Détergents et produits d’entretien, parfum et produits de toilette.
•    Emballage en papier.
•    Emballage en plastique.
•    Biscuiterie pâtisserie.

Le tourisme balnéaire  « Un axe de développement essentiel »

Depuis les années 80, le tourisme a constitué un axe essentiel du développement du Sud dont la capacité hôtelière (50 000 lits) représente plus du quart de celle de la Tunisie et a globalement progressé en valeur absolue (triplement du nombre de lits en quinze ans) 

Avec près de 22 000 emplois directs et presque autant d’emplois indirects estimés (dans la restauration, les transports, les services divers et le BTP), le secteur touristique a incontestablement tiré l’économie de la zone côtière du Sud, mais de manière inégale. Le pôle Djerba-Zarzis représente plus de 80% de la capacité d’hébergement de la Région - le reste étant concentré sur quelques oasis sahariennes (Tozeur, Douz) -

L’Union européenne représentait, en 2000, 95% des arrivées (83% en zone saharienne) et trois pays près de 80% (Allemagne, France et l’Italie). Cette répartition est due en partie à la domination du marché par les grands tours opérateurs européens qui commercialisent des produits à des tarifs très concurrentiels sur la destination « soleil » la plus proche de l’Europe. En effet, le profil des touristes sahariens est sensiblement différent avec une majorité de Français et d’Italiens recherchant davantage l’aventure et le dépaysement, souvent hors des circuits organisés, à la basse saison (hiver).

Répondant à cette demande, et profitant du potentiel littoral encore sous exploité, les autorités Tunisiennes ont inscrit dans le cadre du 10ème Plan de Développement Economique et Social, le projet de création de la nouvelle zone touristique balnéaire à Gabès qui  a pour objectif principal la re- dynamisation du secteur touristique à Gabès et au Sud Tunisien en général . 

Cette zone touristique balnéaire moderne d’une capacité nominale de  10.000 lits, sera composée de  type village touristique intégré ou se côtoient des hôtels de luxe des appart-hotels , des places publiques ,  des centres d’intérêt commercial , des parcs d’attraction des zones d’animation, une zone résidentielle et un terrain de golf de 18 trous.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication

Une des principales richesses du Sud Tunisien en général et de Gabès en particulier : les jeunes qui bénéficient d’un bon niveau d’instruction et d’une capacité d’assimilation rapide, ajoutés à la motivation et aux encouragements de l’Etat  accordés à la promotion des (TIC), représentent un potentiel important à valoriser, alors que les cyber-economies existantes sont généralement anglophones, le Sud Tunisien et en particulier Gabès pourrait devenir « Bangalore Arabophone et Francophone » aux caractéristiques uniques, servant de trait d’union entre l’Europe, le Maghreb et le Moyen-Orient.

Environnement Institutionnel

Institutions financières

Secteur Bancaire représenté par 28 agences et 4 directions régionales des banques commerciales en plus du comptoir de la Banque Centrale de Tunisie, deux « Sicar »   - la Société de Développement et d’Investissement du Sud (SODIS) dont le siége est à Médenine, et une nouvelle créée « Gabès-Invest- Sicar » viennent en appui financier aux promoteurs pour la formation brute du capital fixe des entreprises à promouvoir et / ou des activités à développer.

Les opérateurs privés de la Région peuvent bénéficier des crédits des fonds nationaux tels que :

* Fonds de Promotion et de Décentralisation Industrielle (FOPRODI) destiné aux projets dont les montants d’investissement sont inférieurs ou égaux à 5 millions de DT

* La Banque Tunisienne de Solidarité (BTS) pour le financement de petits projets ;

* Fonds National de Promotion de l’Artisanat et de Petits Métiers (FONAPRAM), pour des investissements ne dépassant pas 80 000 DT ;

*  Fonds spéciaux pour la formation mis à la disposition des chefs d’entreprise et de demandeurs d’emploi : Fonds d’Insertion et d’Adaptation Professionnelle (FIAP), financement de Stages d’Initiation à la Vie Professionnelle (SIVP 1 et SIVP 2).

Organisations publiques d’appui 

Le Gouvernorat compte plusieurs organismes publics d’appui et d’assistance des opérateurs privés durant toutes les étapes nécessaires à la réalisation de leurs projets. Parmi ceux-ci on cite :

L’Office de Développement du Sud  (ODS)

dont le siège est à Médenine et qui dispose d’une Direction régionale au niveau du Gouvernorat. Ses principales attributions sont :
Participation à l’élaboration des plans et des programmes d’actions visant à promouvoir et à dynamiser l’investissement privé dans la zone concernée ainsi que dans le suivi des étapes de leur exécution et ce en étroite collaboration avec les structures techniques, les services régionaux spécialisés et les collectivités publiques locales.
Soutien de  l’action des structures régionales spécialisées et des collectivités publiques locales en matière de promotion de l’investissement privé dans la zone concernée.
Il est en outre chargé d’accomplir toutes autres tâches et missions rentrant dans le cadre de la promotion du développement économique dans les zones d’intervention.
Collecte de  toutes les informations utiles, élaboration des  études nécessaires, proposition de  toute mesure pouvant être entreprises en vue d’aider à la définition des politiques en matière de développement en général, de choix des programmes d’investissement public, d’impulsion de l’investissement privé dans les zones de son intervention, assurer le suivi et évaluer les résultats de ces politiques.

Des organismes nationaux représentés au niveau régional

l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA)

Dont les objectifs sont : 
Promotion et renforcement des activités économiques pour le développement de l’agriculture,.
Encouragement à la création d’entreprises et en particulier les PME, dans le cadre du développement régional.
Incitation à la modernisation des entreprises et à l’innovation technologique
Prospection et assistance aux promoteurs tunisiens et étrangers

l’Agence de promotion de l’Industrie (API)

dont les principales attributions sont :

Promotion et renforcement des activités économiques pour le développement  de l’industrie et des services.
Encouragement à la création d’entreprises et en particulier les PME, dans le cadre du développement régional.
Incitation à la modernisation des entreprises et à l’innovation technologique
Prospection et assistance aux promoteurs tunisiens et étrangers

l’Agence Nationale pour l’Emploi et le Travail Indépendant (ANETI)

l’Agence est  chargée d’ :
Animer le marché de l’emploi, au niveau régional, local et sectoriel au moyen notamment du réseau de bureaux de l’emploi 
Développer l’information sur l’emploi et les qualifications professionnelles en direction des entreprises et des demandeurs d’emploi  
Mettre en oeuvre les programmes de promotion de l’emploi et d’insertion des jeunes, dont la réalisation lui est confiée par l’autorité de tutelle ; 
Apporter le soutien nécessaire à la promotion des petites entreprises et de l’emploi indépendant ; 
Assurer l’information et l’orientation professionnelle des demandeurs de formation en vue de leur insertion dans la vie active ;
Organiser les opérations de placement de la main d’œuvre tunisienne à l’étranger et de veiller à leur réalisation ;
Faciliter la réinsertion dans l’économie nationale des travailleurs émigrés après leur retour définitif. 
Ses prestations s’adressent essentiellement: 
• aux personnes à la recherche d’un emploi 
• aux promoteurs cherchant à s’installer à leur propre compte 
• aux jeunes à la recherche d'une formation professionnelle 
• aux entreprises cherchant à satisfaire leurs besoins en ressources humaines 

l’Office National de l’Artisanat (ONA) 

Sa mission s'articule autour des axes suivants:

Concrétisation de la politique du gouvernement en matière d'artisanat 
Encadrement du secteur par l'implantation de structures régionales devant être à l'écoute des problèmes de la région et assister les artisans et les entreprises artisanales administrativement.
Promotion des produits artisanaux sur les marchés nationaux et étrangers : organisation et participation à des Foires et Expositions, 
Assistance aux opérateurs commerciaux, études de marché, mise en relation, aides à l'organisation d'expositions de promotion, diffusion de la meilleure image de marque du produit artisanal par le biais de l'information et de la publicité.
Promotion de l'investissement artisanal par l'étude de projets, la constitution d'une banque de données et l'octroi de crédits.
Promotion de la qualité par l'élaboration de normes de qualité, le contrôle technique des entreprises artisanales et le contrôle de la qualité des produits artisanaux destinés au marché local et à l'exportation.
Assistance et la concertation avec les structures professionnelles et les autorités gouvernementales sur les plans central et régional.

GABES PROMOTECH : une nouvelle dimension d’appui à la création d’entreprises

Une pépinière d’entreprise « Gabès Promotech » vient d’être récemment implantée au sein de l’Institut Supérieur des études technologiques disposant d’une superficie de 545 m². Cette pépinière joue le rôle d’une interface entre l’industrie et l’université et a comme objectif le développement de la culture et de nouvelles capacités entrepreneuriales chez les étudiants et les jeunes diplômés.

« Gabès Promotech » est considéré comme un outil adapté au besoin de l’entrepreneur de l’idée du projet à la réalisation et au développement de l’entreprise. Elle rationalise et optimise la démarche de la création d’entreprise, impulse les initiatives et réduit le taux d’échec en démarrage.
Les expériences internationales viennent confirmer l’importance et le rôle primordial des pépinières à pérenniser les nouvelles entreprises. En France par exemple certains experts parlent d’un taux de réussite élevé jusqu’à 80 % pour les entreprises accompagnées en pépinières alors que celui-ci ne dépasse pas le 50 % pour les projets non accompagnés.
Avec  « Gabès Promotech », les nouveaux créateurs ne doivent plus se sentir isolés. Ils bénéficient de certains services communs comme le téléphone, fax, photocopie, accueil, sécurité et autres supports logistiques de la formation, du conseil et de l’accompagnement personnalisé, le tout à coût symbolique.

«  ESPACE ENTREPRENDRE » Centre d’assistance aux promoteurs et de soutien aux micro-entreprises

Crée en 2004 ,au Gouvernorat de Gabès l’espace entreprendre deuxième de son genre après celui de Tunis , s’insère dans le cadre de l’encouragement de l’emploi indépendant et la consolidation de l’assistance des promoteurs avec comme principales missions :

Collecte, analyse , publication et diffusion de toutes les informations relatives à la création des micro-entreprises ainsi que les opportunités et les encouragements mis à la disposition à cet effet.
Identification des idées de projet originales et innovantes accompagnant l’essor des nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) .
Elaboration des études technico-économiques et financières des projets, présentation et suivi des dossiers auprès des organismes de financement.
Mise en relation des promoteurs et les différents autres partenaires concernés par la création d’activités.
Suivi , assistance et accompagnement des promoteurs et des micro-entreprises créées ; organisation de cycles de formation en gestion, en comptabilité et en marketing à l’intention des promoteurs.

shadow